AD481: Entre sentiments d’insécurité et d’impunité, les Sénégalais accusent le chômage des jeunes comme principale cause de la délinquance

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Can't find a document?

As we work to upgrade our website, occasional technical issues may cause some links to break and some documents to be temporarily unavailable. If you're unable to find a specific document, please email snkomo@afrobarometer.org

Filter content by:

Dispatches
2021
481
Mamadou Abdoulaye Diallo et Soukeyna Diallo

Dans le domaine de la paix et de la sécurité, le gouvernement du Sénégal s’est engagé à veiller sur l’intégrité du territoire et des personnes, des biens et des services ainsi que sur la cohésion sociale, et d’assurer la promotion de la citoyenneté et des comportements civiques (République du Sénégal, 2014). Cependant, depuis quelques années, les cas de violences tels que les agressions, vols à mains armées, viols, cambriolages et meurtres se multiplient, notamment à Dakar (VOA, 2019).

Malgré le dispositif sécuritaire déployés nuit et jour sur le terrain et l’implantation des caméras de vidéosurveillance sur l’ensemble des zones sensibles (SeneNews, 2017), l’insécurité continue d’être observée par endroit, notamment dans le département de Pikine (Soleil, 2021). L’effectif de la population carcérale reste en hausse, passant de 10.045 en 2017 à 11.014 en 2018, dont 241 mineurs (Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, 2020).

A la lumière de la récente enquête Afrobarometer, les Sénégalais révèlent un sentiment d’insécurité dans leurs quartiers et dans une moindre mesure la crainte de subir un crime dans leurs propres maisons. Cette inquiétude est plus élevée chez les habitants en milieu rural, les moins instruits et les plus pauvres. A côté de ce sentiment d’insécurité, les citoyens déplorent l’inégalité devant la justice et l’impunité des officiels qui commettent des crimes.

Le chômage des jeunes et l’accentuation de la pauvreté sont identifiés comme les principales causes de l’insécurité et de la délinquance dont les solutions devraient être la création des opportunités de travail pour les jeunes, le rétablissement de la peine de mort et le renforcement de l’éducation à la paix et à la citoyenneté. D’ailleurs, la grande majorité des Sénégalais sont favorables à l’introduction de la peine de mort dans la constitution.

Si la plupart des Sénégalais jugent plutôt insuffisants les efforts du gouvernement pour réduire la criminalité, il n’en demeure pas moins que pour cette majorité les communications privées devraient pouvoir être surveillées et les déplacements des gens interdits en cas de menaces de sécurité publique. Cependant, les citoyens s’accordent sur le fait que le gouvernement ne devrait jamais réguler ce qui se dit dans les lieux de culte.