AD430: Les Sénégalais approuvent la réponse gouvernementale à la pandémie de COVID-19 mais restent sceptiques vis-à-vis des vaccins

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Can't find a document?

As we work to upgrade our website, occasional technical issues may cause some links to break and some documents to be temporarily unavailable. If you're unable to find a specific document, please email snkomo@afrobarometer.org

Filter content by:

Dispatches
2021
430
Abdoulaye Diagne, François Joseph Cabral et Mamadou Abdoulaye Diallo

La survenue de la COVID-19 en Chine en fin 2019 a eu des conséquences importantes au plan sanitaire comme socio-économique, en Sénégal comme au reste du monde.

Pour contenir le choc lié à la crise sanitaire, l’Etat du Sénégal a adopté un plan de résilience. Ce plan inclut des mesures, de nature préventive, constituées de la mise en quarantaine des personnes ayant été exposées à des risques de contamination et de gestes barrières dont la distanciation sociale et le port de masque. A cela s’ajoutent l’instauration d’un état d’urgence assorti d’un couvre-feu et l’interdiction totale, sur une période, des activités dans les espaces de regroupement de la population comme les écoles, les lieux de culte, le sport, et la culture. Sur le plan économique, le président a lancé l’appel à contribution au fonds dénommée FORCE-COVID-19 et annoncé une enveloppe de 50 milliards de FCFA pour l’achat d’aides alimentaires en guise d’accompagnement des ménages (BBC, 2020).

Certaines de ces mesures restrictives avaient soulevées l’ire de couches de la population. D’ailleurs, vu qu’une bonne partie des Sénégalais dépendent du travail indépendant et des petits commerces pour satisfaire leurs besoins vitaux (Sambou, 2020), l’application du couvre-feu s’était heurtée à la résistance de la frange jeune, d’où des émeutes notées dans la capitale (Africa News, 2020).

Par la suite, des mesures d’assouplissement des conditions de l’état d’urgence ont été prises dont le réaménagement des horaires du couvre-feu, la levée de l’interdiction du transport interurbain, et la réouverture des marchés urbains, des marchés hebdomadaires, et des lieux de culte dans le respect des gestes barrières et des mesures de distanciation. La plupart des différentes mesures ont été levées à partir du 2 juin 2020, avec pour maintien strict celles du port des masques et le lavage systématique des mains en tout espace (Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, 2020).

En ce qui concerne les vaccins, le gouvernement a acheté 200.000 doses et a annoncé que le processus d’acquisition de plus de 6 millions de doses est en cours (Quotidien, 2021).

A la date du 4 mars 2021, 896 décès étaient recensés sur un total de 35.037 cas confirmés (Organisation Mondiale de la Santé, 2021).

Un nouveau sondage d'Afrobarometer au Sénégal révèle que de grandes majorités de la population sont informés de la pandémie et des efforts faits pour la combattre. La réponse gouvernementale est plutôt appréciée par le grand public. Cependant, la majorité des citoyens estiment que la distribution de l’assistance gouvernementale était inéquitable et jugent la fermeture des écoles trop longue. De plus, la majorité des citoyens ont vécu difficilement le confinement. 

Par ailleurs, plus des trois quarts des Sénégalais sont sceptiques en ce qui concerne le vaccin contre la COVID-19, affirmant qu’il n’est pas probable qu’ils se fassent vacciner.