Les usagers des réseaux sont parmi les plus susceptibles de diffuser des fausses nouvelles sciemment, selon la majorité des Maliens favorables à la régulation

Les résultats des enquêtes d’Afrobarometer de mars-avril 2020 au Mali révèlent que si une large majorité pensent que les politiciens sont plus susceptibles de diffuser des nouvelles qu’ils savent faussent, les usagers des réseau sociaux s’en suivent étroitement.

En effet, les réseaux sociaux jouent un rôle de plus en plus important dans le processus démocratique. Cependant, ils ont aussi bien des avantages que des inconvénients. L’enquête révèle aussi qu’un peu plus de Maliens pensent que les effets des réseaux sociaux sont plutôt négatifs par rapport à ceux qui estiment le contraire. Toutefois, les Maliens reconnaissent les avantages sur le plan de l’accès à l’information et l'impact que les gens ont sur les processus politiques.

Dans une période de transition politique délicate avec la diffusion d’une multitude d’informations, l’usage des réseaux sociaux impliquent des enjeux importants. D’ailleurs, plus de la moitié des Maliens estiment que les informations sur les réseaux sociaux et l’Internet divisent les gens et qu’il faut donc réguler leur accès.

Il convient aux leaders politiques et aux décideurs, notamment les parlementaires, de faire usage de ces données afin de trouver des solutions pour la protection des libertés et la préservation de la paix.