AD425: En Afrique, le soutien aux élections s’affaibli; beaucoup doutent qu’elles permettent de tenir pour responsable leurs élus

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2021
425
Fredline M'Cormack-Hale et Mavis Zupork Dome

Pour les spécialistes de l'Afrique, les années 1990 ont marqué une période de renouveau démocratique (Joseph, 1997; Schraeder, 1995). Le recul de la démocratie à travers le monde au cours de la dernière décennie (Freedom House, 2019) a également touché l'Afrique (Logan & Penar, 2019; Gadjanova, 2018), bien que les résultats des sondages d'Afrobarometer suggèrent que si la démocratie en Afrique laisse à désirer, c'est plus dans la fourniture de biens démocratiques que par rapport aux aspirations des citoyens (Gyimah-Boadi, 2019).

Même si les élections ne constituent pas nécessairement une preuve de la démocratie, la tenue d'élections libres et transparentes est une caractéristique de la redevabilité et une composante fondamentale d'une démocratie fonctionnelle (Lindberg, 2006). La Charte Africaine de la Démocratie, des Elections et de la Gouvernance (Union Africaine, 2007) renforce ce lien et fixe des standards électoraux pour le continent.

Quand bien même les élections sont institutionnalisées dans une majorité de pays africains (Posner & Young, 2007), les analystes ont fait valoir qu'un changement de pouvoir ne correspond pas forcément à une plus grande consolidation démocratique (Donner, 2020). En outre, des inquiétudes ont été exprimées quant au fait que les élections africaines sont de plus en plus controversées et marquées par la peur (Jenkins, 2020). Dans certains cas, les élections ne sont guère plus que des tremplins pour les dirigeants qui, une fois en fonction, subvertissent les institutions démocratiques pour consolider leur position (Onyulo, 2017).

À la lumière de ces développements, comment les Africains perçoivent-ils la qualité et l'efficacité de leurs élections? Les données de sondages d'Afrobarometer réalisés en 2019/2020 dans 18 pays africains révèlent que si la plupart des Africains estiment que les élections sont le meilleur moyen de choisir leurs dirigeants, le soutien populaire aux élections a régressé, et une minorité seulement considèrent que les élections contribuent à la mise en place d'un pouvoir représentatif et responsable.

Dans la droite ligne de Bratton et Bhoojedhur (2019), nous constatons que le vote et le sentiment de confiance dans les élections sont renforcés lorsque les citoyens estiment que leurs élections sont libres et transparentes et qu'elles constituent des moyens efficaces leur permettant de tenir pour responsable les dirigeants.