AD421: Les Africains jugent la corruption en hausse, craignent des représailles s’ils en parlent

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2021
421
Christiaan Keulder

Selon les estimations des analystes, les pays en voie de développement perdent 1,26 mille milliards de dollars par an du fait de la corruption, du vol, et de l'évasion fiscale – une somme suffisamment importante pour sortir 1,4 milliard de personnes de la pauvreté sur une période de six ans (Fleming, 2019). Selon les experts en développement, à moins de juguler la corruption, il sera pratiquement impossible d'atteindre les autres Objectifs de Développement Durable (Nations Unies, 2019; Rubio & Andvig, 2019).

Pourtant, les scandales liés à la corruption font presque quotidiennement la une des journaux, en Afrique comme ailleurs. L'Afrique du Sud est toujours en proie aux retombées de la
« captation de l’État » pendant le régime de Jacob Zuma (Alberts, 2020; Arun, 2020). Les Namibiens se préparent à vivre le grand spectacle d’un procès impliquant deux ministres accusés et emprisonnés dans le scandale de corruption #Fishrot (Zenda, 2020; Iceland Review, 2020). Des allégations de corruption relatives à l’aide apportée dans le cadre de la pandémie de la COVID-19 nous parviennent du Zimbabwe (Guardian, 2020), de la Somalie (Daysane, 2020), du Kenya (Malalo, 2020), du Nigéria (Financial Times, 2020), et d'autres pays.

Et les Africains moyens estiment que les choses s’empirent au lieu de s'améliorer. Les enquêtes d'Afrobarometer réalisées dans 18 pays africains révèlent que la majorité des citoyens affirment que la corruption s'est accrue dans leur pays au cours des 12 derniers mois. Aux yeux des citoyens, la police est la plus coupable, mais nombre de professionnels de la santé exigent également des pots-de-vin.

La majorité des citoyens affirment que leur gouvernement déploie trop peu d'efforts pour lutter contre la corruption. Et, ce qui n'est pas bon signe pour les militants qui s'efforcent de mobiliser les citoyens sur cette question, la plupart des Africains affirment risquer des représailles en signalant les cas de corruption aux autorités.