AD191: Les Mauriciens apprécient leurs conditions de vie, mais beaucoup contestent l’orientation du pays

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2018
191
Louis Amédée Darga

Jouissant d'un environnement politique stable depuis son indépendance en 1968, Maurice est passé d'un pays à faible revenu tributaire du sucre à un pays à revenu intermédiaire supérieur dont la richesse croissante est produite par les services financiers, le tourisme, et d'autres branches du secteur des services (Banque Mondiale, 2017). Mais la croissance économique forte et soutenue des années 90 et 2000 a ralenti ces dernières années, se traduisant par une baisse de la croissance du produit intérieur brut de presque 8% en 2000 à 3,8% en 2016, alimentant des discussions intenses quant à savoir si Maurice est pris dans « le piège du revenu intermédiaire » (Economist Intelligence Unit, 2015; Financial Times, 2016).

Les résultats de la dernière enquête d'Afrobaromètre présentent des opinions publiques très mitigées par rapport à la vie à Maurice. Bien que plus de citoyens qu'en 2014 ont une bonne opinion de leurs conditions de vie et de l'économie de leur pays, une grande proportion estiment que le pays se dirige « dans la mauvaise direction » et que les Situation économique sont mauvaises et sont susceptible d'empirer.

Même si les questions économiques viennent en tête des sujets qui préoccupent les Mauriciens, ils perçoivent également la criminalité comme problème prioritaire. Les résultats d'enquête suggèrent que les citoyens se sentent quelque peu moins en sécurité dans leurs maisons et quartiers qu'en 2014, mais que l'expérience de criminalité demeure basse.