AD398: Les Burkinabè préoccupés par la situation économique et la direction du pays

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Can't find a document?

As we work to upgrade our website, occasional technical issues may cause some links to break and some documents to be temporarily unavailable. If you're unable to find a specific document, please email [email protected]barometer.org

Filter content by:

Dispatches
2020
AD398
Agnès Kaboré et Augustin Loada

En plus d’être confrontés à d’immenses défis sécuritaires et humanitaires depuis quelques années, les Burkinabè font face à une situation économique difficile. Même avant l’arrivée de la pandémie de la COVID-19, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel annuel du pays s’est ralentie en 2019, et le secteur agricole, qui emploie 80% de la population active, a été caractérisé par une campagne déficitaire en ce qui concerne la production céréalière (Institut National de la Statistique et de la Démographie, 2019).

Selon la dernière enquête Afrobarometer, menée en décembre 2019, la majorité des Burkinabè pensent que l’orientation actuelle du pays s’inscrit dans la mauvaise direction et que la situation économique du pays est assez mauvaise. Parmi les besoins fondamentaux non-satisfaits, c’est surtout le manque de revenus en espèces auquel la grande majorité fait face, mais des proportions importantes de la population manquent également au moins
« quelques fois » de nourriture, de l’eau potable, et des soins médicaux.

Malgré leurs critiques de la performance gouvernementale en matière des questions économiques, les Burkinabè sont partagés sur leurs propres conditions de vie, et ils demeurent majoritairement optimistes sur les conditions économiques du pays pour les 12 mois à venir.