AD353: La structure de l’activité économique du Sénégal: Un obstacle pour un confinement total face au COVID-19

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Can't find a document?

As we work to upgrade our website, occasional technical issues may cause some links to break and some documents to be temporarily unavailable. If you're unable to find a specific document, please email [email protected]

Filter content by:

Dispatches
2020
353
Ousmane Djiby Sambou

Dans le contexte de la pandémie du coronavirus, beaucoup d’emplois sont menacés et les individus sans sources de revenus sont de plus en plus vulnérables. Avec les mesures de distanciation sociale partiellement ou entièrement en application dans beaucoup de pays, les petits commerces et affaires sont fragilisées voire anéantis.

Au Sénégal, où le taux de dépendance était de 83% en 2016 et l’âge moyen est de 19 ans (Agence Nationale des Statistiques et de la Démographie, 2020), la question de l’emploi et de la sécurité sociale constitue une préoccupation urgente dans ce contexte de crise. Cette inquiétude se justifie davantage dans un pays où les sources de revenus des ménages proviennent pour la plupart du travail indépendant et des petites activités génératrices de revenus.

En effet, l’enquête d’Afrobarometer menée en 2018 montre que le travail indépendant est le type d’emploi le plus répandu, que la majorité des Sénégalais n’exercent pas d’emploi salarié, et que la pauvreté vécue touche une grande partie de la population – tous des facteurs de vulnérabilités qui sont accentués par la pandémie. La crise sanitaire a mis à nu la politique de sécurité sociale et de création d’emploi en place. Si les principaux types d’activités génératrices de revenus exigent des interactions en dehors des foyers et les échanges communautaires sont fortement encrées, les mesures de distanciation sociale pourraient-elles fonctionner sans entrainer une catastrophe humanitaire?

Les décideurs politiques sont donc confrontés au besoin de mettre en place des stratégies adaptées au contexte pour arrêter le cycle de la contamination du COVID-19 tout en s’assurant que les populations les plus vulnérables puissent satisfaire les besoins fondamentaux au quotidien et que le secteur privé ne sombre pas dans la faillite.