AD320: Les services de base et les infrastructures du Niger ne sont pas encore suffisants

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Filter content by:

Dispatches
2019
320
Victor Emmanuel Ekwa Bebe III

« Malgré les améliorations, force est de reconnaître que des insuffisances majeures persistent relativement à: (i) la qualité des routes, (ii) la faible couverture du pays en route et (iii) la surcharge sur les routes ». Cet extrait du Plan de Développement Economique et Social 2017-2021 du gouvernement du Niger en dit long sur les défis à relever (République du Niger, 2017).

Le même diagnostic est fait pour ce qui concerne les services sociaux. Quant aux mesures sécuritaires, cette boussole des autorités a également prévu des mesures simultanées pour la protection à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Afrobarometer a justement enquêté sur la présence de divers services à travers le territoire nigérien. Dans l’ensemble, l’électricité manque sur la majorité du territoire, tandis que l’eau courante est davantage accessible. Les bureaux de poste sont aussi très absents, contrairement aux marchés et aux moyens de transport payants.

Quant aux forces de défense et de sécurité, elles sont assez rares dans le pays. Il faut aussi noter que les milieux urbains sont plus avantagés sur tous ces aspects que les milieux ruraux.

En outre, les infrastructures routières dans leur majorité sont en matériaux précaires (terre, gravillons), les pavés et le goudron desservant généralement les zones urbaines et les routes entre les villes.

Related content