AD314: La violence politique a encore le vent en poupe en Guinée

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Filter content by:

Dispatches
2019
314
Djiba Kaba

La violence est l’utilisation de la force physique ou psychologique pour contraindre, dominer, causer des dommages ou la mort. Elle peut provenir d’une incompréhension, de l’ivresse ou de la drogue, d’une agression à domicile ou dans la rue, d’un extrémisme politique ou religieux – les circonstances et les ca uses de la violence sont légion.

L’une des violences particulières est celle que l’on retrouve dans le domaine politique. Dans une compétition politique, les partis ne se font souvent pas de cadeaux, à mesure qu’ils se sentent dans le peloton de tête. A l’époque de l’indépendance de la Guinée, les affrontements les plus mémorables mettaient aux prises la mouvance Parti Démocratique de Guinée et la mouvance Bloc Africain de Guinée (Mémoire Collective, 2018). Depuis donc cette époque, les violences étaient instrumentalisées comme élément dopant dans la compétition électorale, atteignant leur apogée lorsqu’il s’agissait des élections présidentielles – malgré le Code de Bonne Conduite des Partis Politiques que tous les acteurs politiques ont signé.

Les derniers résultats des enquêtes Afrobaromètre montrent la persistance de la violence en Guinée. C’est vrai dans les quartiers, ou une proportion croissante de citoyens se sentent en insécurité, ainsi que dans le milieu politique, ou les trois-quarts des Guinéens affirment que la compétition entre partis politiques amène des conflits. 

Quant aux efforts à prévenir les violences politiques, les Guinéens pensent que le gouvernement s’en sort plutôt mal.

Related content