AD245: Les Togolais ont davantage foi en leur pouvoir de faire avancer la lutte contre la corruption

Welcome to the Afrobarometer publications section. For short, topical analyses, try our briefing papers (for survey rounds 1-5) and dispatches (starting with Round 6). For longer, more technical analyses of policy issues, check our policy papers. Our working papers are full-length analytical pieces developed for publication in academic journals or books. You can also search the entire publications database by keyword(s), language, country, and/or author.

Filter content by:

Dispatches
2018
245
Armelle Grondin

AVAILABLE ONLY IN FRENCH.

Au Togo, la corruption est l’un des facteurs majeurs compromettant la lutte contre la pauvreté, selon la Banque Mondiale (2018). Étant donné les effets néfastes de la corruption sur le développement économique, le gouvernement togolais a mis en place la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLCIA) en avril 2017. 

Malgré les initiatives du gouvernement, les résultats sur le terrain semblent mettre du temps à se faire voir. On peut ainsi constater que le Togo a perdu 10 places dans le classement de Transparency International (2018) entre 2014 et 2017, passant de la 107ème à la 117ème place. Ce classement attribue à 180 pays un indice de perception par des experts de la corruption dans le pays.  

Les citoyens togolais semblent être d’accord. Selon le plus récent sondage d’opinions d’Afrobaromètre, les Togolais trouvent que la corruption est très présente dans leurs institutions publiques, surtout chez les membres du gouvernement, les policiers, et les juges et magistrats. Au-delà du niveau institutionnel, la corruption se retrouve également dans les pratiques quotidiennes, à travers l’utilisation de pots-de-vin pour accéder aux services publics, entre autres. 

Malgré l’impact négatif de la corruption sur l’économie et une perception grandissante de celle-ci au sein des institutions et services publiques au Togo, beaucoup de défis restent à relever dans la lutte contre ce fléau. Parmi ceux-ci, les Togolais mentionnent, la peur des représailles en cas de signalement des actes de corruption et également le doute de faire réagir les autorités compétentes en cas de signalement. Toutefois, malgré ces obstacles, les Togolais ont, en majorité, foi en leur propre pouvoir de lutter contre la corruption. 

Bien au-delà des constats faits, la disponibilité de ces données permet de voir qu’il est nécessaire de mettre en place des réponses institutionnelles impliquant plus les Togolais afin qu’ils puissent prendre à bras le corps cette problématique et ainsi faire reculer la corruption aussi bien au niveau institutionnel que dans leur vie de tous les jours. 

Related content