Face au péril sécuritaire, les Burkinabè sont favorables aux initiatives locales et internationales dans le pays

Face à l’insécurité grandissante, la majorité des Burkinabè sont favorables aussi bien aux initiatives des associations locales de veille sécuritaire qu’à la présence de troupes étrangères, selon une nouvelle enquête d’Afrobarometer.

L’enquête montre que la grande majorité des Burkinabè considèrent que les associations locales de sécurité créées par les populations constituent un bouclier important de lutte contre l’insécurité du pays. Quant à la présence des troupes étrangères sur le sol burkinabè, plus de la moitié des Burkinabè pensent qu’elle est une bonne chose pour la sécurité du pays, mais cet avis est moins partagée chez les populations urbaines et plus instruites.

Les associations locales de sécurité et les troupes étrangères sont deux acteurs majeurs qui interviennent aux côtés de l’Etat et de son appareil sécuritaire dans la lutte contre l’insécurité. Les associations locales de sécurité, qui étaient jusqu’en 2015 confinées dans certaines zones, ont connu une expansion particulière, bien souvent en réponse à l’incapacité de l’Etat d’assurer la sécurité des populations locales. Face aux dérives et exactions qui leur sont imputées par les défenseurs des droits de l’homme, l’Etat s’est engagé à les encadrer, sans toutefois réussir à contenir ces abus.