Baromètre mondial de la corruption - Afrique 2019: Perceptions et expériences de la corruption par les citoyens

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Publications conjointes/partenaires
2019
Coralie Pring, Jon Vrush, Afrobarometer

La corruption entrave le développement économique, politique et social de l’Afrique. Elle représente un obstacle majeur à la croissance économique, à la bonne gouvernance et aux libertés fondamentales, comme la liberté d’expression ou le droit des citoyens à demander des comptes à leur gouvernement.

La corruption porte également atteinte au bien-être des individus, des familles et des communautés. Bien qu’elle varie considérablement selon les pays et les institutions publiques, elle porte préjudice à des centaines de millions de citoyens en réduisant leurs chances de vivre un avenir stable et prospère. Cette 10e édition du Baromètre mondial de la corruption – Afrique montre que les citoyens africains font face à des problèmes de corruption complexes et multidimensionnels qui nécessitent d’adopter des changements fondamentaux et systémiques. Elle révèle que la plupart des Africains pensent que la corruption a augmenté dans leur pays, mais aussi que la majorité d’entre eux s’estiment capables, en tant que citoyens, de changer la donne dans la lutte contre la corruption. Les événements survenus récemment en Gambie démontrent que les citoyens peuvent jouer un rôle décisif pour faire bouger les lignes.

Les Gambiens ont réclamé un gouvernement plus intègre et forcé les dirigeants politiques à tenir compte de leurs revendications et à renforcer les systèmes de lutte contre la corruption. Depuis que le régime autocratique du président Jammeh a été renversé, l’opacité, la répression et la violation des droits fondamentaux qui ont marqué sa présidence semblent appartenir de plus en plus au passé. Des acteurs non africains favorisent aussi largement la corruption en Afrique ainsi que le détournement de ressources cruciales pour les services publics essentiels. Des entreprises étrangères continuent de verser des pots-de-vin à des fonctionnaires africains pour remporter indûment des appels d’offres et obtenir des marchés surfacturés ou peu fructueux. Or, lorsque les ressources nécessaires pour assurer des services essentiels tels que la santé et l’éducation sortent des pays à cause de la corruption, ce sont les citoyens ordinaires qui paient le plus lourd tribut.

Contenu connexe