AD343: Climate change: Few Moroccans see it as making life worse, feel empowered to fight it

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2020
343
Mhammed Abderebbi
 

Depuis sa participation au révolutionnaire Sommet de Rio de Janeiro sur la Terre en 1992, le Maroc n'a cessé de contribuer aux initiatives internationales visant à lutter contre les répercussions des changements climatiques. Le pays a initié plusieurs projets visant à réduire la vulnérabilité de la population, des secteurs économiques, et des habitats naturels, et à renforcer leur capacité d'adaptation aux aléas climatiques (Ministère Délégué, 2014).

À la lumière des projections de la Direction de la Météorologie Nationale selon lesquelles les températures estivales moyennes pourraient enregistrer une hausse de 2°-6°C et les précipitations moyennes pourraient connaître une baisse de 20% d'ici la fin du siècle (Ministère Délégué, 2014), le gouvernement marocain est en train de finaliser un plan climatique national qui se consacre au renforcement de la résilience face aux aléas climatiques. Classé deuxième meilleur au monde et meilleur en Afrique suivant le Climate Change Performance Index de 2019, le pays a également adopté une « stratégie verte » visant à s'adapter à la réalité des changements climatiques et à réduire leur impact (Burck, Hagen, Marten, Höhne, & Bals, 2019).

Mais alors que le gouvernement considère que le pays est de plus en plus vulnérable aux conditions climatiques extrêmes telles que les sécheresses, les inondations, et les vagues de chaleur (Ministère Délégué, 2014), les perceptions des citoyens marocains ne reflètent pas le même sentiment d'urgence face aux changements climatiques. Le tout récent sondage d'Afrobarometer montre que seule une petite majorité des Marocains ont conscience des changements climatiques et que peu considèrent qu'ils détériorent leur qualité de vie.

Seul un tiers environ de ceux qui ont entendu parler des changements climatiques estiment que les gens ordinaires peuvent contribuer à les contrer.