AD305: Pour les femmes sénégalaises, l’évolution est réelle, quoique variable

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2019
305
Thomas Isbell, David Jacobs, et Christina Scheller

L'inégalité politique, économique, et sociale des femmes en Afrique a alimenté d'importantes discussions dans le monde depuis les années ’50, lorsque l’Organisation des Nations Unies (ONU) a commencé à s'intéresser aux effets nuisibles des pratiques traditionnelles sur les femmes à travers le continent. Les groupes de défense des droits de l'homme ont essayé de faire pression sur les gouvernements africains afin de favoriser l'accès des femmes à l'éducation, à la santé, aux opportunités économiques, et à la participation à la gouvernance et à la politique (Murungu, 2017). Les états membres de l'ONU ont fait de la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes leur Objectif de Développement Durable No. 5 (ONU, 2019). Quand bien même il y a lieu d'être optimiste quant au progrès vers l'égalité des femmes, les défis demeurent nombreux (ONU, 2016).

Le Sénégal a adopté plusieurs mesures en faveur des droits des femmes, comme par exemple l'inclusion de l'égalité des sexes dans sa Constitution (Article 7), la ratification de la Convention sur l'Elimination de Toutes les Formes de Discrimination à l'égard des Femmes, la création de l’Observatoire Nationale de la Parité (2017), et l'élaboration d'une Stratégie Nationale pour l'Egalité et l’Equité des Genres (ONU Femmes, 2018; ONU Droits de l’Homme, 2015). Après l'adoption en 2010 d'une loi sur la parité conçue pour faire en sorte que la moitié de tous les postes politiques soient occupés par des femmes, les élections de 2012 ont consacré l'élection au Parlement d'un nombre record de 64 femmes. Mais tandis que certains signalent les avantages pour les femmes d'avoir des représentants et des modèles de référence qui militent en faveur de leur autonomisation, d'autres pensent que les femmes profitent ainsi d'un chemin de facilité pour entrer en politique sur la base de leur sexe et non par mérite, freinant de ce fait le développement et la démocratie (Hirsch, 2012).

Dans cette dépêche, nous nous servons des données d'enquête d'Afrobaromètre pour explorer les attitudes et opinions populaires des Sénégalais ordinaires par rapport aux droits et à l'égalité des sexes. Nous observons que les Sénégalais soutiennent généralement l'égalité d'opportunité en faveur des femmes. La majorité des répondants pensent que les femmes devraient avoir la même chance d'être élues à des postes politiques et bénéficier des mêmes droits que les hommes de posséder ou d’hériter de terres. Pourtant les femmes traînent toujours derrière les hommes sur nombre d'aspects de la société, surtout par rapport aux opportunités économiques et à l'accès aux ressources.

Contenu connexe