AD301: Les conditions économiques du Niger se détériorent et rendent les citoyens pessimistes

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2019
301
Adamou Moumouni et Toumane Seyni Amadou

La situation économique du Niger a connu des variations dont l’impact s’est ressenti sur les conditions de vie des citoyens. De 2012 à 2016, le taux de croissance de l’économie nigérienne est passé de 11,8% à 5% avec un taux moyen de 6,7%. Ce taux est proche du niveau de 7% jugé nécessaire pour permettre un essor réel de l’économie nigérienne et réduire significativement le niveau de pauvreté (République du Niger, 2017). Toutefois, cette moyenne masque le caractère erratique de la croissance économique dû au poids de l’agriculture, secteur encore peu mécanisé et très vulnérable aux chocs climatiques; aux fluctuations des cours des matières premières, notamment les principaux produits d’exportation (l’uranium et le pétrole); et à la faible diversification de l’économie. Aussi cette croissance apparait-elle insuffisante pour faire face aux besoins sociaux importants liés à l’accroissement démographique (République du Niger, 2017).

La dernière enquête Afrobaromètre au Niger démontre un pessimisme croissant des citoyens quant à l’économie du pays. Selon cette enquête réalisée en 2018, les conditions économiques se sont détériorées au fil du temps. Une majorité de Nigériens manquent de nourriture, de soins de santé, de revenus suffisants, et peu entrevoient une amélioration dans l’immédiat. Par-dessus tout, deux tiers des Nigériens estiment que le pays est mal orienté.

Contenu connexe