AD286: Réformes et performances du système éducatif: Les Malgaches sont partagés

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2019
286
Désiré Razafindrazaka, Laetitia Razafimamonjy, Patricia Ramanamandimby, Ellora Soulisse, et Sitraka Razanakoto

L’éducation est reconnue essentielle pour le développement d’un pays et fait partie des Objectifs de Développement Durable (ODD) définies par les Nations Unies, comme l’ODD 4 pour une éducation de qualité. Pour Madagascar, l’état a entrepris une restructuration de l’éducation, portant sur l’aspect pédagogique et organisationnel du secteur. Le Plan Sectoriel de l'Education (PSE) prévoit plusieurs réformes portant notamment sur le calendrier et les cycles scolaires, ainsi que sur la suppression du premier diplôme de fin de cycle primaire, le Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE). 

L’enquête Afrobaromètre a permis aux Malgaches de s’exprimer au sujet de ces réformes, et leur perception sur la performance du gouvernement en matière d’éducation a pu être recueillie l’année même où le PSE doit devenir effectif.

En ce sens, la réforme pour laquelle les citoyens sont majoritairement favorables est le changement du calendrier scolaire pour aller de mars à novembre, au lieu de celui actuel d’octobre à juin. Par contre, les trois-quarts des citoyens n’adhèrent pas à la suppression du CEPE, et la majorité est contre la fusion des cycles primaire et collège pour une éducation fondamentale d’une durée de neuf ans.

D’après l’enquête, la disponibilité des écoles à Madagascar est assez stable depuis 2005, et près des trois-quarts des citoyens trouvent que l’obtention de services se fait facilement auprès des écoles. Néanmoins, une partie non négligeable a eu besoin de recourir à la corruption pour obtenir un service. En plus, les problèmes subsistent notamment en termes d’équipement, de qualité de l’éducation, d’effectif, et de personnel. 

Contenu connexe