AD246: Les Camerounais, conscients de leur rôle dans la lutte contre la corruption, hésitent à s’y engager

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2018
246
Jean Cédric Oyono

Comme dans la plupart des pays africains, la corruption est un frein pour le développement du Cameroun. Pour juguler sa progression, l’état camerounais a mis en place un certain nombre d’institutions dont les plus connues sont le Contrôle Supérieur de l’Etat (CONSUPE), l’Agence d’Investigation Financière (ANIF), et la Commission Nationale Anti-Corruption (CONAC). Si les deux premiers organes s’occupent respectivement du contrôle des finances publiques et du blanchiment des capitaux, la CONAC quant à elle a un rôle beaucoup plus large, puisqu’elle vise à agir efficacement sur notre environnement, sur les groupes, et sur les individus. Pour ce faire, son action quotidienne repose sur des leviers organiques que sont la prévention et la communication, les études et la coopération, et enfin les investigations (Commission Nationale Anti-Corruption, 2011). 

Toutefois, malgré sa création en 2006, les résultats tardent à se faire ressentir, comme l’atteste le classement du Cameroun dans l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) de 2017 de Transparency International. En effet, le Cameroun s’est classé 153e sur 180, soit une régression de huit places comparé au précédent classement (Transparency International, 2018). 

Cette chute ne semble pas invraisemblable, puisque les résultats de la dernière enquête d’Afrobaromètre confirment cette tendance. En effet, pour la majorité des Camerounais, les pratiques de corruption demeurent très actives au sein des administrations publiques, augmentant les couts et réduisant l’efficacité des procédures administratives. Aux yeux des citoyens, le niveau de la corruption a une fois de plus augmenté au cours de l’année 2017, et ça pour les leaders et fonctionnaires de presque toutes les catégories. Selon l’opinion publique, les plus corrompus sont les agents des douanes, les policiers/gendarmes, les magistrats, les membres du gouvernement, et les fonctionnaires du Bureau du Cadastre et des Affaires Foncières. Même les chefs traditionnels et leaders religieux sont assez nombreux à être perçus comme impliqués dans les affaires de corruption. 

De plus, il semble que des Camerounais aussi bien aisés qu’ordinaires soient capables de verser des pots-de-vin ou d’utiliser leurs contacts personnels pour éviter certains devoirs.

Toutefois, il apparaît que bon nombre de Camerounais sont aujourd’hui conscients de leur rôle dans la lutte contre la corruption. Malheureusement, ils sont encore plus nombreux à penser que la dénonciation des actes de corruption induit des représailles ou d’autres conséquences négatives.