AD221: Malgré la menace sur le cacao et le reboisement, seulement la moitié des Ivoiriens ont connaissance du changement climatique

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2018
221
Thomas Isbell, Joseph Kone, et Kaphalo Segorbah Silwe

En tant que premier producteur mondial de cacao, la Côte d'Ivoire est particulièrement vulnérable aux variations climatiques et aux conditions météorologiques imprévisibles (Vaast, 2018). Les changements climatiques défavorables ont déjà eu un impact négatif sur la qualité et la quantité de la production (ENCA, 2015), menaçant les moyens de subsistance des petits agriculteurs ainsi que l'économie nationale.

Bien que le secteur du cacao, par le passé, était à la merci des saisons de pluie, le gouvernement ivoirien adopte maintenant une approche à long terme pour atténuer les conséquences du changement climatique tout en aidant par là même à réparer certains dommages environnementaux causés par le secteur du cacao. Le gouvernement prévoit dépenser 1,1 milliard de dollars pour restaurer et reconstruire les régions forestières du pays. Avec l'aide de bailleurs de fonds internationaux, ce plan ambitieux vise à faire reculer les forêts qui ont diminué de plus de 80% depuis 1960, principalement en raison de l'expansion de la production de cacao et de l'agriculture illégale (Aboa, 2018; Hoije, 2018).

Dans un pays qui dépend de conditions climatiques favorables pour produire le cacao, comment les citoyens ordinaires perçoivent-ils le changement climatique? Les données de la dernière enquête d'Afrobaromètre montrent qu'une majorité d'Ivoiriens répondent que les sécheresses sont devenues plus sévères dans le pays, mais seulement la moitié des citoyens ont entendu parler du changement climatique. Parmi ceux qui ont connaissance du changement climatique, la plupart disent que cela aggrave la vie en Côte d'Ivoire mais que les citoyens ordinaires peuvent faire au moins « un peu » pour aider à la combattre.

Contenu connexe