AD218: L’eau est une préoccupation majeure en Côte d’Ivoire

Bienvenue à la section des publications d’Afrobaromètre. Pour des brèves analyses d’actualité, veuillez voir nos notes informatives (pour les séries d’enquêtes 1-5) et dépêches (à partir de la Série 6). Pour des analyses plus longues et techniques, se focalisant sur des questions de politique, regardez nos documents de politique. Nos documents de travail sont des analyses approfondies destinées à la publication dans des revues académiques ou des livres. Vous pouvez aussi rechercher dans toute la base des publications à partir des mots-clés, la langue, le pays, et/ou l’auteur.

Filter content by:

Dépêches
2018
218
Joseph Koné, Pétanhangui A. Yéo, et Yussef N. Koné

La raréfaction de l’eau affecte plus de 40% de la population mondiale (PNUD), une proportion inquiétante qui risque de s’aggraver en raison de la consommation toujours croissante de l’eau et les changements climatiques. Ainsi, l’épuisement des ressources en eau potable est un problème touchant tous les continents.

Le premier semestre 2018 en Côte d’Ivoire est fortement marqué par des cas de pénurie d’eau potable, notamment à Bouaké, Niakaramandougou, Ferkessedougou, Doropo, Odienné, et Tiéningboué, pour ne citer que ces localités (Konan, 2018). D’importantes actions d’urgence sont menées, telles que les forages de puits à Bouaké (sur financement de la Banque Mondiale), pour résoudre ce problème (Tiémoko, 2018) qui, faut-il le rappeler, ramène à l’Objectif de Développement Durable No. 6, l’accès à l’eau propre et assainissement pour tous d’ici 2030.

A la lumière de la récente enquête Afrobaromètre, en 2017, le problème de l’eau constitue la troisième préoccupation des populations après le chômage et la pauvreté. La préoccupation de l’accès à l’eau est plus prononcée au Nord du pays – le district du Zanzan en tête – et touche beaucoup plus les résidents ruraux et les pauvres. Pour la majorité des Ivoiriens, les efforts du gouvernement dans ce domaine restent à améliorer.

Contenu connexe