Rendement au travail des députés et conseillers locaux: Servent-ils les intérêts des électeurs africains ou les leurs? (Afrobaromètre)

La gouvernance
Afrobarometer

Résultats clés

  • À travers 36 pays africains, moins de la moitié des répondants affirment faire « partiellement » ou « très » confiance à leurs députés (48%) et conseillers locaux (46%). Parmi 12 institutions et dirigeants publics, les députés et conseillers locaux se classent aux huitième et neuvième places en ce qui concerne la confiance publique.
  • Des grandes majorités affirment qu’au moins « certains » de leurs députés et conseillers locaux sont corrompus, dont un tiers des citoyens qui pensent que « tous » ou « la plupart » d’entre eux sont corrompus. Dans 18 pays régulièrement suivis au cours de la décennie écoulée, les perceptions publiques de corruption ont augmenté en ce qui concerne aussi bien les députés (de 8 points de pourcentage) que les conseillers locaux (de 6 points).
  • La majorité (59%) des citoyens affirment que les officiels qui commettent des crimes profitent « souvent » ou « toujours » de l’impunité. Dans les pays suivis au cours de la décennie écoulée, cette perception a augmenté de 13 points de pourcentage.
  • Environ trois-quarts des Africains affirment que leur députés et conseillers locaux n’écoutent « jamais » ou que « quelquefois seulement » ce que leurs mandants ont à dire.
  • Plus de deux-tiers (69%) des Africains pensent que les dirigeants de partis politiques s’intéressent davantage à concrétiser leurs propres ambitions politiques plutôt qu'à représenter les intérêts du peuple.

Cliquez ici pour le communiqué de presse.

Le rapport (Dépêche No. 115 d’Afrobaromètre) est disponible à http://globalreleases.afrobarometer.org.