Les Guinéens s’attendent à plus dans le domaine de l’éducation

L'education

Sept Guinéens sur 10 (73%) ne sont pas satisfaits de la performance du gouvernement en termes de satisfaction des besoins en éducation, selon la dernière enquête nationale d’Afrobarometer. De même, bon nombre de Guinéens ont des difficultés, et sont même obligés de verser des pots-de-vin, pour obtenir les services dont ils ont besoin auprès des enseignants ou des dirigeants d’écoles.

Quoique la plupart des sites visités disposent d’écoles, ces écoles ne sont pas réparties de façon équilibrée sur l’ensemble du territoire national. Les zones urbaines et les régions administratives de N’Zérékoré, Conakry, Kindia, Kankan et Mamou sont les mieux pourvues.

Parmi les Guinéens qui ont eu affaire à une école publique, quatre sur 10 affirment qu’il est difficile d’obtenir des services dont ils ont besoin, et bon nombre d’entre eux déclarent avoir versé des pots-de-vin aux enseignants ou dirigeants d’écoles pour obtenir les services dont ils avaient besoin.

Les Guinéens placent l’éducation parmi le top cinq de leurs priorités auxquelles le gouvernement devrait s’attaquer. Mais la majorité d’entre eux estiment que le gouvernement répond mal à leurs préoccupations par rapport aux services de l’éducation. Ces données interpellent ainsi l’Etat et les parties prenantes qui œuvrent dans le secteur de l’éducation.