Les Gabonais accusent les compagnies forestières et minières d’exacerber le conflit homme/faune

Selon la plus récente enquête d’Afrobarometer, les activités forestières et minières plutôt que la présence des parcs nationaux constitue le facteur principal qui favorise le conflit homme/faune.

L’enquête révèle aussi que plus de la moitié des Gabonais n’ont pas entendu parler du conflit homme/faune. Parmi ceux qui ont connaissance de ce conflit, la plupart l’associent à la destruction des plantations par les éléphants.

En 2002, le Président de la République Omar Bongo Ondimba avait pris la décision de sanctuariser 11% du territoire national par la création de 13 parcs nationaux. La gestion de ces espaces a conduit à la création de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux (ANPN), qui a pour mission, entre autres, la préservation de la faune et de la flore non seulement à l’intérieur des parcs nationaux mais aussi dans les environs de ceux-ci. Mais depuis quelques années, à tort ou à raison, l’ANPN est accusé de favoriser la protection des animaux au détriment de la population. Dans ce contexte, les données Afrobarometer apportent plus de perspectives dans le débat national en montrant la perception des citoyens sur la gestion et la protection de la faune.