Le soutien à la liberté des médias recule en Afrique (enquêtes d’Afrobaromètre)

D'après de nouveaux résultats d’enquêtes d'Afrobaromètre à travers l'Afrique, le soutien populaire à la liberté des médias a chuté à moins de la moitié des adultes du continent.

Dans le sixième de sa série des Pan-Africa Profiles basée sur de récentes enquêtes d'opinion publique conduites dans 34 pays africains, Afrobaromètre rapporte que les défenseurs de la liberté des médias sont désormais moins nombreux que ceux qui pensent que les gouvernements devraient pouvoir empêcher les publications qu'ils considèrent nuisibles.

Des régressions ont été enregistrées par rapport au soutien aux médias libres dans 25 des 31 pays enquêtés depuis 2011, y compris des baisses drastiques en Tanzanie (-33 points de pourcentage), au Cabo Verde, en Ouganda, et en Tunisie.

Les données suggèrent que quand bien même beaucoup d'Africains pensent que les médias de leurs pays profitent de plus de libertés aujourd'hui qu'il y a plusieurs années, cela est plus souvent perçu comme un problème qu'un progrès.

Le nouveau rapport, disponible à www.afrobarometer.org, analyse également les habitudes informationnelles des Africains, révélant que la radio demeure la source d’information la plus généralement consultée, devant la télévision. L’usage de l’Internet et des réseaux sociaux comme sources d’informations est croissant, mais il existe un grand fossé numérique qui désavantage toujours les citoyens les plus pauvres, les moins instruits, les plus âgés, ruraux, et de sexe féminin.